Twictée : un indicateur de performance de groupe

Lapalissade

Commençons par une évidence : lors de la phase de négociation les échanges entre élèves doivent bénéficier à la production du groupe. C’est tout l’enjeu d’un travail de groupe, voire du socio-constructivisme en général !

Or, lors de la première saison des twictées un point avait attiré mon attention: certains cumulaient des erreurs au lieu de bénéficier des compétences du groupe.
Pour en avoir le coeur net et quantifier les choses, il fallait un indicateur parlant et simple à mettre en place.
Un indicateur pour « casser » les groupes peu performants, et surtout pour créer des groupes efficaces où chacun bénéficierait de l’apport de ses pairs.

Un indicateur, 5 niveaux de performances

Une fois les choses posées c’est évident : il faut comparer le % de réussite à la dictée de groupe aux % de réussite aux dictées individuelles (des membres du même groupe).

On peut alors proposer 5 niveaux de performances :

  • groupe à performance ++ : si le % réussite du groupe est supérieure au meilleur % individuel dans le groupe
  • groupe à performance +: si le % réussite groupe est égal au meilleur % individuel dans le groupe
  • groupe à performance neutre : si le % réussite groupe est compris entre les 2 meilleurs % individuels du groupe. Sachant que les erreurs individuelles ne sont pas forcément les mêmes, et que le risque de les cumuler dans la production du groupe existe, on ne peut donc pas dire que c’est négatif, d’où l’idée de neutre.
  • groupe à performance – : si le % réussite groupe est compris entre les 2 moins bons % individuels dans le groupe
  • groupe à performance  – – : si le % réussite groupe est inférieur au moins bon % individuel dans le groupe

Voilà ce que ça donnait sur les 5 premières twictées l’année dernière:

Evernote_Premium

Aller au delà

Lire la suite

Publicités

Dites bonjour à la #twictée2rue !

Après la #twictée qui prend un bel envol dans les classes de la francophonie, voici venu le rejeton urbain et citoyen, le petit frère qui fait l’école buissonnière : la #twictée2rue.

Cachez cette erreur que je ne saurais voir…

Vous serez d’accord pour dire que les erreurs orthographiques sont nombreuses autour de nous. Sur les vitrines des boutiques, dans les publicités de nos boites à lettres, dans les manchettes des journaux, à la télévision… Et nous ne nous excluons pas nous-même des (mal)heureux « producteurs d’erreurs ».

Que fait-on dans ce cas là ? Parfois on ne les voit même pas. D’autre fois il s’agit de s’en moquer en postant une photo assassine sur les réseaux sociaux. Certains se lancent dans le discours des valeurs de la France qui partent à vau-l’eau, et de la faute à l’école qui n’apprend plus rien à nos enfants, et autre c’était mieux avant !

L’erreur orthographique est notre pain quotidien

Des chercheurs comme Nina Catach, des linguistes ou psycholinguistes comme Jean-Pierre Jaffré et Michel Fayol nous apprennent que ce n’est pas si simple, que l’orthographe est une « convention sociale et graphique » (oui une CONVENTION!) qui évolue depuis toujours avec l’histoire des hommes qui l’utilisent et la façonnent. La maîtrise de l’orthographe est bien plus complexe et mouvante que ne le laissent croire certains discours simplistes. Personne n’est à l’abri des « fautes d’orthographe », pas même ceux qui s’en émeuvent tant…

Dernièrement, devant un boulanger au coin de la rue on pouvait voir cette affiche :

Photos_and_videos_by_Régis_FORGIONE__profdesecoles____Twitter

Lire la suite

Activités préparatoires : Séquence « Création du compte classe »

Par où je commence ?

C’est bien beau votre histoire de #Twictée … l’idée est somme toute assez séduisante, j’ai bien compris les tenants et aboutissants didactiques, l’organisation de la séquence (à peu près), le mode collaboratif, je sais même où trouver les ressources MAIS … ! Comment fait-on pour installer Twitter en classe ? Comment commence-t-on avec les élèves ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que c’est que Twitter ?

On se détend avec une petite vidéo !

Une séquence pour présenter Twitter aux élèves et créer le compte utilisateur de la classe

Bon plus sérieusement (quoi que ?) la carte mentale ci-après vous donne quelques pistes pour créer le compte utilisateur de la classe en restant dans les clous des I.O. (plutôt deux fois qu’une) … et valider au passage quelques compétences du B2i :

 

Activité_Préparatoire___Active_ta_Twittclasse

Voilà donc une séquence sympa pour celles et ceux qui n’auraient pas encore lancé leur twittclasse.

 

Une activité préparatoire simple pour les twictées

Avant de lancer les élèves dans les twictées, voici une activité préparatoire propice à éveiller et développer des compétences utiles.

Largement inspirée, comme la twictée elle-même, de l’ouvrage « Comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ? » de Catherine Brissaud et Danièle Cogis, il s’agit d’un mix entre l’atelier de négociation graphique et la phrase dictée du jour.
Nous l’avons tout simplement appelée la phrase dictée négociée du jour !

Plutôt qu’on long discours, voici comment un élève résume l’activité en 2 tweets :

phrase-dictee-negociee

Toutes les graphies issues des dictées individuelles des élèves (phase 1) sont reportées dans un tableau collectif ou de groupe (phase 2). Chaque proposition est ensuite discutée/négociée en références aux règles grammaticales connues ou en cours d’apprentissage. Par élimination, en fin de séance il ne reste que la phrase correcte (phase 3).

L’accent est mis sur la verbalisation correcte et complète (qui peut et se doit d’être collaborative au départ) avec référence explicite au métalangage grammatical. Une sorte de twoutil oral qui prépare à l’exigence du twoutil écrit.

dicte-negociee

Que l’élève énonce clairement les choses est un premier pas vers une maitrise des concepts grammaticaux en jeu. Un peu à l’inverse d’un Nicolas Boileauqui dirait : « Ce que l’on conçoit bien, s’énonce clairement,
 et les mots pour le dire arrivent aisément. »

Les #twictées : dispositif de travail collaboratif pour les élèves … mais aussi pour les profs !

 

dessin twitter

Les #twictées ont été cette année un important vecteur de mutualisation et de mise en oeuvre d’un travail collaboratif entre enseignants.

Par essence, les #défitwictées induisent une réflexion impliquant plusieurs professionnels : progressions, choix des textes, échanges autour des adaptations apportées par chaque enseignant en fonction du contexte d’enseignement, temps de régulation via Google Hangout, carnet Evernote partagé …

Grâce aux #twictées, nos classes se sont ouvertes au monde … et nous, enseignants, avons pu échanger entre pédagogues venant des quatre coins du monde, exerçant dans des systèmes éducatifs différents mais où partout l’élève et les compétences à construire étaient au coeur de nos préoccupations et de nos réflexions.

teamtwictéeCapture d’écran 2014-06-21 à 10.30.29

Mais au-delà de la diffusion du dispositif, le caractère participatif de ce dernier autorise les contributions des uns et des autres : ici un groupe d’enseignants se fédère autour de @parcamatt pour utiliser le site Babytwit.fr AbulÉdu comme support des défitwictées, là c’est @Zecalvin qui propose une carte mentale synthétique et très claire pour donner à voir le déroulement d’une séquence.

Capture d’écran 2014-08-24 à 11.26.33

 

 

 

Des enseignants d’ULIS proposent quant à eux d’aller plus loin dans les les mots balises utilisés du côté de l’orthographe lexical #dico #motdérivé #parcoeur #lettreson … ouvrant à leur tour les portes à une réflexion didactique et pédagogique autour  de l’orthographe lexicale.

@catherineMassic propose quant à elle une différenciation « par le haut » où des élèves performants vont au-delà des 140 caractères parce qu’ils en manifestent l’envie …

Le dispositif s’enrichit de ces questionnements, de ces tentatives, de ces renoncements ou de ces approfondissements. C’est aussi ce qui fait des #twictées un dispositif stimulant pour les apprenants comme pour les enseignants.

Twictées : dossier spécial dans Nipédu

 

nipedu-690x690

Régis FORGIONE (@profesecole), instigateur et animateur du Podcast Nipédu vous propose avec Nicolas DURUPT, Inspecteur de l’Éducation nationale (@nicdurupt) et votre serviteur un dossier spécial autour des #twictées.

Nipédu, alias NipÉducation, est le podcast de la famille NipCast dédié à l’#école, à l’#éducation et au #numérique.

 

#Twictées : Mémoire professionnel

 

cropped-blog.jpg

 

Aux origines des #twictées il y a de belles rencontres, numériques ou #IRL (in real life), dues pour la plupart à l’extraordinaire caisse de résonance crée par le réseau Twitter autour des initiatives de collègues (la #dictée0faute d’@OstianeMathon, le #tweetconseil d’@Audecorbières, les publications de @profdesecoles …)

Ces collègues « inspirants », enseignants de twittclasses sont venus alimenter une réflexion autour d’un dispositif capable d’accompagner les élèves dans une construction raisonnée, progressive et stimulante des compétences et connaissances au programme en orthographe grammaticale.

Le fait d’enseigner dans l’ASH m’a poussé à m’interroger sur la nécessaire « granularité » à donner à cet enseignement complexe, tant dans sa dimension didactique que dans les nombreux des processus cognitifs devant être mis en oeuvre par l’élève.

Surtout, j’avais à coeur de penser une activité propice au développement du « sentiment d’efficacité personnel » des élèves face à un exercice scolaire souvent démotivant pour les plus en difficulté : la dictée

il s’est agi en somme de proposer aux apprenants des situations d’écriture « vraies » dans lesquels les savoirs orthographiques s’auto-justifiaient : une dialectique outil / objet d’apprentissage.

Le réseau social Twitter m’offrait un support idéal. La lecture, entre autres, de « Comment enseigner l’orthographe aujourd’hui ? » de BRISSAUD et COGIS m’a permis d’apporter une caution scientifique à mes hypothèses. Quelques indicateurs succincts et surtout les témoignages et retours enthousiastes des collègues partenaires et contributeurs m’ont conforté dans certains de mes choix alors que d’autres pistes moins efficientes étaient abandonnées.

C’est en quelques lignes, la genèse du projet Twitter … formalisé de façon plus complète (et plus institutionnelle) dans le mémoire professionnel ci-joint.

Twictées : mémoire CAFIPEMF

Twictées : annexes et paratexte

 

oritwitter

De l’utilisation de Twitter dans la préparation des #défitwictées

Suite à l’épisode II de Nipédu, beaucoup d’entre vous nous demandent à Régis @profdesecoles et à moi des précisions quant à la préparation, la mise en oeuvre et le suivi d’une séquence #défitwictée.

En attendant la vidéo explicative, en construction avec l’aimable collaboration de @CatherineMassic, enseignante M.F. de la classe de CM2 de Chevry-Cossigny @lesCM2c, je vous propose de consulter le Slideshow (diaporama) édité sous le site d’agrégation et de « racontage d’histoire » Storify ici.

Je me suis fendu également d’une version très sommairement commentée dans la vidéo explicative.

Je pense utiliser ce modeste enregistrement vidéo dans le cadre de la construction d’un parcours M@gistère piloté par Philippe ROEDERER @PhilRoederer, D.A.N. adjoint pour l’académie de Créteil, afin de donner à voir l’utilisation du réseau social comme support et outil de construction / régulation de projet (ici les #twictées bien évidemment !).

 

De l’utilisation de Twitter dans la préparation des #défitwictées

Quand la créativité de la « Pensée design » rencontre la métacognition induite par l’écriture du #twoutil : la #capsuletwoutil

Image

Depuis début mai nous assistons au raz-de-marée (ce qui permet d’éviter une fois n’étant pas coutume, l’utilisation d’une image évoquant plus l’Asie du Sud-Est que notre magnifique littoral national) ADOBE VOICE.

Cette Application, disponible (malheureusement) pour le moment (uniquement) sous iOS permet la création de petites capsules didactiques. C’est notamment grâce aux contributions de François LAMOUREUX, d’Anne ANDRIST et de Ghislain DOMINE que nous avons découvert ébahis les possibilités offertes par l’application d’ADOBE.

Le modèle théorique sur lequel repose l’outil, mais davantage les utilisations pédagogiques « éclairées » que l’on peut en faire, s’inspire du « Thinking Design » ou en à peu près bon français « la Pensée Design », dont Fabrice Mauléon de FBS est aujourd’hui l’un des « apôtres », notamment au travers de son MOOC Pensée Design.

Les utilisations pédagogiques laissent rêveuses … notamment si l’on croit à des changements de paradigmes reposant sur les possibilités offertes par les nouveaux usages en liens avec des solutions ergonomiques comme ADOBE VOICE.

Pour illustrer, à notre tour, les possibilités qu’offre l’application de création de capsule, nous proposons une #capsuletwoutil qui pourrait venir enrichir le dispositif #twictée. 

 

Les #twoutils, au coeur des #twictées, mais pas que …

Nous ne le répéterons jamais assez … les #twictées reposent avant tout sur les #twoutils, c’est le coeur du dispositif, le cheval de Troyes orthographique !

Au-delà des simples justifications orales produites dans des dispositifs plus traditionnels comme la « Dictée négociée », les #twoutils engagent tous les élèves (souvent avec un angle de différenciation important) dans une véritable réflexion orthographique.

C’est avec D. COGIS et M. FAYOL que nous considérons cette activité d' »explicitation » des « conceptions » et des « stratégies » orthographiques comme une activité clé pour développer les compétences orthographiques des élèves.

La capsule vidéo suivante présente en moins de deux minutes les « médiations orthographiques » que sont les #twoutils.